Sélectionner une page

Léa a choisi d’écrire pour les autres

3 Décembre 2018

 

Léa est une adolescente tout ce qu’il y a de plus ordinaire. Du moins au premier regard. Elle n’a pas toujours choisi des chemins de vie bénéfiques, et elle a connu des drames personnels. C’est dans ses soucis qu’elle a puisé la force nécessaire pour vouloir aider les autres.

« Mercredi, 14 heures ? Oui c’est bon. » Voilà, le rendez-vous est fixé pour l’interview. C’est la première fois que je vais questionner une adolescente sur sa vie privée et sur les difficultés qu’elle a vécu. Surtout, c’est la première fois qu’une jeune fille me dit, « je veux écrire un livre pour aider les autres. » Léa raconte : « Après le divorce de mes parents, j’ai tout fait pour que mon père se mette en couple avec la mère de ma meilleure amie de l’époque. Et ça a fonctionné. Au début, tout allait bien, puis le courant n’est plus passé une fois qu’elle est venue vivre avec nous. Moi je n’étais pas facile à cette époque. Dès l’âge de 11-12 ans, j’ai fait des fugues, je me suis mise à fumer. Puis j’ai été placée en foyer. Je suis allée loin, j’étais dans le brouillard total. J’ai aussi fait plusieurs tentatives de suicide. Mais la plus grosse qui a eu lieu en juin 2018 m’a conduite à l’hôpital. J’y suis restée une semaine et demie. Et là, je ne sais pas ce qui s’est passé, j’ai eu un déclic. J’ai rencontré des jeunes qui avaient des soucis beaucoup plus graves que les miens. J’avais l’impression de me plaindre pour rien. C’est de là que j’ai eu envie d’écrire mon histoire. Un peu pour que les jeunes qui sont comme moi j’étais, c’est-à-dire un peu perdus, se sentent moi seul, pour qu’ils sachent que moi aussi je suis passée par ce qu’ils vivent. Qu’ils aient aussi quelqu’un à qui parler. Je ne suis pas dans le jugement, je n’ai pas à dire aux jeunes ce qui est bien ou pas, mais je pense que je peux les comprendre. J’ai envie de leur dire de rentrer dans le système, mais aussi de leur dire que la vie est belle, et qu’elle mérite d’être vécue. J’ai déjà commencé à écrire, mais entre les cours et le foot ce n’est pas évident. Mais quand je m’y mets, j’écris une vingtaine de pages par jour. J’aimerai terminer au maximum à la fin de l’année 2019. J’ai commencé une grande partie, mais suite aux conseils de Tom Savel qui a déjà été publié, je vais retravailler mon texte qui est autobiographique. Je vais partir sur un roman en m’inspirant de mon histoire, afin de toucher plus de monde. » 

L'Edition Varoise

Abonnez-vous à notre Newsletter

Recevez la dernière édition du journal, un résumé de quelques articles, les jeux ...

Vous êtes abonné(e) !