Sélectionner une page

L’AMIRAU VENCE, UN GRAND MARIN PROUVENÇAU

L’AMIRAU VENCE, UN GRAND MARIN PROUVENÇAU

Voltaire disié : « Es pas la neissènço, es la soulo vertu que fai la diferènci .» Ansin se poudrié resuma la carriero dóu contre-amirau Jan-Gaspard Vence que la vilo de Touloun ounouro d’un balouard.

Nasquè à Marsiho en 1747, fiéu d’un moudèste capitàni marchand e, tre l’enfanço ambiciounè de veni marin. Sa carriero crebè l’iòu souto la mounarchìo. Fuguè coursàri au service di couloun d’Americo e liéurè is Anglés uno guerro achinido : en 18 mes e 40 coumbat faguè pas mens de 211 preso. Acò lou faguè remarca e, bono-di l’amirau d’Estaing, intrè dins la marino au service dóu rei de Franço coume liò-tenènt de fregato e s’englouriè is Antiho.

Revenènt en Éuropo, passè pèr Paris ounte s’abrandè la Revoulucioun. Se mesclant pas de poulitico, servira la republico emé lou meme vanc. En 1794, coumandant lou Duquesne, à la tèsto d’un couvoi de 80 veissèu carga de blad s’enrevenguè de Tunisìo pèr nourri Marsiho e Touloun. Fuguè aculi en erò pèr la poupulacioun e lèu nouma contro-amirau, pièi après d’àutris esplé, prefèt maritimo de Touloun.

Venguè lou tèms de l’Empèri que Vence, sèmpre leialisto, èro lèst à servi. Pamens se geinavo pas pèr dire ço que pensavo : coumparè li batèu dóu Camp de Boulougno que Bonaparte voulié se n’en servi pèr envahi l’Anglo-Terro à de « cruvèu de nose ». Lou mot plaseguè pas ; fuguè mes à la retirado. La prenguè luen de la mar, en Bougougno ounte defuntè en 1808.

Alan Brunaud   Escolo dis Isclo d’Or

TRADUCTION

L’AMIRAL VENCE, UN GRAND MARIN PROVENÇAL

Voltaire disait : « Ce n’est pas la naissance, c’est la seule vertu qui fait la différence. » Ainsi pourrait se résumer la carrière du contre-amiral Jean- Gaspard Vence que la ville de Toulon honore d’un boulevard.

Il naquit à Marseille en 1747, fils d’un modeste capitaine marchand e, dès l’enfance, il ambitionna de devenir marin. Sa carrière commença sous la monarchie. Il fut corsaire au service des colons d’Amérique et livra aux Anglais une guerre opiniâtre : en 18 mois et 40 combats, il ne fit pas moins de 211 prises. Cela le fit remarquer et, grâce au soutien de l’amiral d’Estaing, il entra dans la marine au service du roi de France comme lieutenant de frégate et s’illustra aux Antilles.

Revenant en Europe, il passa par Paris où éclata la Révolution. Ne se mêlant pas de politique, il servira la république avec le même dynamisme. En 1794, commandant le Duquesne, à la tête d’un convoi de 80 vaisseaux chargés de blé, il revint de Tunisie pour nourrir Marseille et Toulon en proie à la disette. Il fut accueilli en héros par la population et rapidement nommé contre-amiral, puis après d’autres exploits, préfet maritime de Toulon ?

Vint le temps de l’Empire que Vence, toujours loyaliste était prêt à servir. Cependant, il ne se gênait pas pour dire ce qu’il pensait : il compara les bateaux du Camp de Boulogne avec lesquels Bonaparte voulait envahir l’Angleterre à des « coquilles de noix ». Le mot ne plut pas ; Il fut mis à la retraite. Il la prit loin de la mer, en Bourgogne où il mourut en 1808

Alain Brunaud Escolo dis Isclo d’Or

A propos de l’Auteur:

L'Edition Varoise

Abonnez-vous à notre Newsletter

Recevez la dernière édition du journal, un résumé de quelques articles, les jeux ...

Vous êtes abonné(e) !