Sélectionner une page

La radiò de moun enfanço

02

JUILLET 2018

Ansin couneissian tóuti  »Tanto Vittorino  » la Niçardo. La voues d’aquelo tanto èro tant especialo que se recouneissié subran qu’èro elo. Èlo , èlo… Coumprenian ben qu’èro un ome e quouro coumençavo la trasmessioun  sabian que falié croumpa un chut. Tanto Vittorino èro un espetacle vous dise.  »Mete ié de pan !  » n’en vous souvenès ?

Aqui l’istòri : dins lou tèms èro de-coustumo que lis ome que voulien se louga à-n-un autre mèstre anavon à la fiero de San Miqueù, en fin de setèmbre. Noste pastre anè à la fiero e se louguè. Quouro arrivè encò de soun nouveù mèstre, vouguè saupre s’èro generous. La soupo servido, nostro pastre ié faguè :  » Mèstre, la soupo brulo ! »  »Mete ié de pan  », fuguè la responso ; Lou pastre n’en fuguè countènt ; disènt acò soun mèstre moustravo qu’èro pas sarra coumo uno pigno verdo e que dins aquest oustau poudiés manja tant que de besoun. Avié trouva un bon mèstre, poudié resta dins aquelo bastido.

Nous agradavo uno autro istòri à respèt de San Miqueù. Un nouvèu serviciau a de s’asseta proche lou mèstre bord qu’aquest-d’eici a respicha la cadiero per éu. Lou pastre qu’es proche se clino per li douna d’esplico ; ié fai :  » Fau que vous digue qu’au mèstre i’agrado de coupa d’auriho  ».  »D’auriho ! Avès ben fa de me lou dire  ». Lou mèstre s’asseto, pren soun couteù e soun chafre per l’amoula ; lou pastre fai uno guignado à soun vesin.: À-n-aquéu moumen lou serviciau viro cabesso e crido…  » Ren qu’uno, ren qu’uno  » en escoundènt sis auriho emé si man. E tóuti s’estrasson dóu rire à despart de nosto ome que ris que d’uno gauto.

Arlette Roux Escolo dis Isclo d’Or

Traduction

La Radio de mon enfance

Dans les années 40, 50, on entendait  » Aqui Radio Andora  » le slogan de la radio des Pyrénées, on  écoutait aussi Radio Monte Carlo. Le Samedi soir c’était RMC.

C’est ainsi que nous connaissions tous  »Tanto Vittorino  » la Niçoise. La voix de cette tante était si particulière que l’on savait immédiatement que c’était elle, Elle, elle… Nous comprenions bien que c’était un homme et lorsque l’émission commençait nous savions qu’il fallait se taire. Tante Victorine, je vous le dis c’était comme un spectacle ;  »Ajoute du pain ! » vous en souvenez-vous ?

Voici l’histoire : la coutume était alors pour ceux qui voulaient changer de patron d’aller à la foire de la Saint-Michel, à la fin Septembre. Notre berger alla à la foire et trouva à se louer. Lorsqu’il arriva chez son nouveau patron il voulut savoir si celui-ci était ou non généreux. La soupe servie, notre berger dit :  » Maître, la soupe est brûlante !  »,  » Ajoute du pain  » fut la réponse. Le berger en fut satisfait ; en disant cela son patron montrait qu’il n’était pas pingre (mot-à-mot aussi serré qu’une pomme de pin verte) et qu’ici on pouvait manger selon ses besoins. Il avait trouvé un bon patron, il pouvait demeurer dans cette ferme.

Il y avait une autre histoire que nous aimions et qui avait aussi un rapport avec la St-Michel.

Un nouveau domestique va s’asseoir près du maître qui lui a réservé cette place. Le berger qui est tout près se penche pour lui donner quelques informations ; il lui dit « Il faut que je vous dise que le maître adore couper les oreilles « . « Les oreilles !! Vous avez bien fait de me prévenir « . Le maître s’assied, prend son couteau et sa pierre pour l’aiguiser ; le berger fait un clin d’œil à son voisin. Alors le domestique perd la tête et se met à crier :  » Rien qu’une, rien qu’une  » en cachant ses oreilles de ses mains. Et  tous s’esclaffent de rire à l’exception de notre homme qui, lui, rit jaune.

 Arlette Roux Escolo dis Isclo d’Or

L'Edition Varoise

Abonnez-vous à notre Newsletter

Recevez la dernière édition du journal, un résumé de quelques articles, les jeux ...

Vous êtes abonné(e) !