Sélectionner une page

La lingerie et son évolution historique

16

AVRIL 2018

La lingerie pour homme comme pour femme a connu de nombreux changements, et heureusement. Alors culotte, boxer, shorty, ou slip, découvrez l’histoire de vos sous-vêtements !

Avec son arc, et sa hache, Ötzi, la momie congelée vieille de 3000 ans avant J.C avait un pagne en peau de chèvre ressemblant étrangement à un string. Depuis tout temps, ce cache kiki, est loin d’être dédié à la gent féminine. Car à l’origine, le linge de corps est fonctionnel. Dans l’antiquité, l’androgynie étant de rigueur, les femmes portent de simples lanières en cuir ou en lin sont posées sur les hanches, et la poitrine. Les hommes optent pour la tunique. Au moyen âge, tous en mettent. Elles font office de tricot de peau.

Les dessous sont là pour protéger du froid, ou des agressions extérieures. L’ancêtre du corset fait son apparition à la renaissance. La taille et les hanches sont resserrées pour donner une silhouette conique. Le corset, pièce principale de la lingerie pour femme, est inconfortable. Véritable outil de sculpture, ce dernier se transforme, mais reste contraignant jusqu’au 19ème. Certaines compressions sont si intenses qu’elles entraînent des évanouissements. Au même siècle, c’est l’arrivée du suspensoir ou jock-strap, genre de slip avec une coquille qui dénude les fesses. Il protège les attributs masculins, et favorise les pratiques sportives.

Avec les robes à crinoline ou « haut de faux cul », désagréables, mais évocatrices d’un postérieur bien rempli, le port de la culotte est autorisé pour les dames. D’où la naissance de l’expression « porter la culotte ». Lors de la Première Guerre mondiale, la lingerie rime enfin avec bien-être. Sens pratique oblige. Les premiers sous-vêtements noirs profitent d’un essor important. Le caleçon est quant à lui arrivé au début du 20ème siècle, et reste réservé aux boxeurs. Il faut attendre 1940, et le nylon, puis 20 ans plus tard, le lycra, pour connaître un véritable chamboulement. On produit des dessous agréables à porter, légers, et quasiment indéformables. 1970 la lingerie se veut à la fois raffinée et cosy, tout en valorisant les formes féminines tant admirées. Le porte-jarretelles des années 80 illustre totalement cette idée de lingerie-mode. Liberté, élégance, bien-être et séduction sont les maîtres mots actuels.

Les nouvelles matières comme le PVC, le vinyle, la dentelle, la résille offrent toutes les possibilités esthétiques. Le 21ème siècle n’invente rien de nouveau, mais les tendances comme la lingerie dépareillée, le no bra (le fait de ne plus mettre de soutien-gorge) présentent une approche plus personnelle qu’il faut saisir.

Clotilde Hélianthe

L'Edition Varoise

Abonnez-vous à notre Newsletter

Recevez la dernière édition du journal, un résumé de quelques articles, les jeux ...

Vous êtes abonné(e) !