Sélectionner une page

INSOLITE: MESSIEURS, VOUS VERREZ LE CAFÉ D’UN AUTRE OEIL !!

05

MARS 2018

L’année dernière, un concept avait surpris de par son originalité : le Café-pipe. En plus de votre tasse de café, une hôtesse vous offre une gâterie, le duo étant réputé pour booster votre performance au travail. Le Service du commerce avait refusé l’idée, coulant le projet. Néanmoins, le revoilà sur les rails et déjà parti, puisque le premier Café-pipe de Genève a ouvert le 13 janvier dernier.

Le café est offert, la  gaterie est à 90 CHF

« Vous choisissez votre café et pendant que vous le dégustez, une magnifique hôtesse s’occupera de vous… » peut-on lire sur le site du salon de massage Delicious. En plus de sa salle SM, de son jacuzzi et de son sauna, de son billard et des soirées DJ, le Delicious s’équipe d’un nouvel espace consacré au Café-pipe. Pour 90 francs suisse (environ 76 €), recevez une gâterie de la part d’une des hôtesses, en plus de votre café, offert par la maison. Vous serez accoudé au bar, seul ou à plusieurs, profitant du talent des hôtesses.

Dès sa présentation, le Café-pipe avait fait débat et avait finalement été refusé, des prestations sexuelles tarifées ne pouvant pas être administrées dans un lieu public. Le problème a été résolu et c’est au 2 route du Pas-de-l’Echelle à Veyrier dans le canton de Genève qu’il faut se rendre pour en profiter. Le Delicious ouvre ses portes à 15h en semaine et à 17h les vendredis et les week-ends pour une fermeture dans la nuit, entre 2h et 6h. Toutes les informations sont disponibles sur le site du salon de massage.

Le concept en avait séduit plus d’un et énervé d’autres. Néanmoins, le projet a finalement abouti grâce au club Delicious de David Ramy et l’idée enjôleuse de Bardley Chevret du site d’escort suisse Facegirl. Si le Café-pipe peut ouvrir en Suisse, c’est parce que la prostitution y est légale.

« Ici, la prostitution est légale. Vous avez le droit d’exercer des activités de prostitution tant que vous êtes dans un cadre qui est dédié à cela, qui épouse des normes sanitaires et qui est encadré par la police. Il reste du travail au noir, mais la police contrôle, elle a les fichiers des prostituées » déclarait Luc Barthassat, conseiller d’Etat suisse en charge de l’environnement à Genève, à l’Express.

 

Source : www.hitek.fr

Crédit Photo : www.opnminded.com

L'Edition Varoise

Abonnez-vous à notre Newsletter

Recevez la dernière édition du journal, un résumé de quelques articles, les jeux ...

Vous êtes abonné(e) !