Sélectionner une page

BELLO-DE-MAIO

30
AVRIL 2018
Sabèn que la « Belle de Mai » es un quartié de Marsiho, mai la tradicioun toucavo  Prouvènço touto. Coume l’esplico Mistral dins Lou Tresor dóu Felibrige, uno « maio » o « bello-de-maio » éro uno chatouno que, i proumié jour dóu mes, se tenié au cantoun d’uno carriero pèr soulicita di passant uno pichoto retribucioun ié disènt : « Dounas quaucarèn à la bello maio, qu’a tant bono gràci coume vous ! » Pièi, emé li sòu se croumpavo de lipetarié. Lou pintre toulounen Letuaire (1798-1885) conto que li chatouno di quartié s’acampavon pèr pichot group, chausissien la mai jouino o la mai poulido, subre-tout la mai paciento, l’assetavon sus uno cadiero, l’adournavon de linge blanc  e la courounavon de flour ié metènt un bouquet dins chasco man pièi chamavon li passant, subre-tout lis ome, emé si sietoun. Letuaire acabo ansin soun raconte : « Èro impoussible de faire cinquanto pas sènso rescountra uno Maio envóutado de si quistarello. »

Nostradamus, que disié la coustumo forço anciano, noutavo que la countribucioun de quàuqui sòu s’acoumpagnavo d’un poutoun.

La tradicioun que rapello li fèsto roumano celebrant l’esvèi de la naturo s’es estenguido à la debuto dóu siècle vinten.

Alan Brunaud Escolo dis Isclo d’Or

Traduction
BELLE DE MAI

Chacun sait que La Belle de Mai est un quartier de Marseille, mais la tradition concerne (ou concernait toute la Provence. Comme l’explique Mistral dans le Trésor du Félibrige, une « maio » ou « bello-de-maio » était une fillette qui, aux premiers jours du mois, s’installait au coin d’une rue pour solliciter des passants une petite rétribution en leur disant : « Donnez quelque chose à la belle de mai, qui a aussi bonne grâce que vous ! » Puis, avec les sous, elle s’achetait des confiseries. Le peintre toulonnais Pierre Letuaire (1798-1885) conte que les fillettes des quartiers se réunissaient par petits groupes, choisissaient la plus jeune d’entre elles ou la plus jolie, surtout la plus patiente, la faisaient s’asseoir sur une chaise, la décoraient de linges blancs, la couronnaient de fleurs, lui plaçant un bouquet dans chaque main puis hélaient les passants, surtout les hommes, avec leurs soucoupes. Letuaire termine ainsi son récit : « Il était impossible de faire cinquante pas sans rencontrer une « Maio » entourée de ses quêteuses.

Nostradamus, qui disait la coutume fort ancienne, notait que la contribution de quelques sous s’accompagnait d’un baiser.

La tradition qui rappelle les fêtes romaines célébrant l’éveil de la nature a perduré jusqu’au début du vingtième siècle.

Alain Brunaud Escolo dis Isclo d’Or

L'Edition Varoise

Abonnez-vous à notre Newsletter

Recevez la dernière édition du journal, un résumé de quelques articles, les jeux ...

Vous êtes abonné(e) !