Sélectionner une page

La recette des PETS-DE-NONNE

La recette des PETS-DE-NONNE

Pour réaliser cette recette de pets de nonne, commencer par préparer tous les ingrédients.

Ingrédients pour 40 beignets environ :

  • 125 g de farine
  • 80 g de beurre
  • 20 cl d’eau
  • 4 oeufs
  • 1 sachet de sucre vanillé
  • 1/2 cuil. à café de sel fin
  • huile de friture
  • sucre glace

1 – Préchauffer votre friteuse à 180°C. Pendant ce temps, verser l’eau froide, le beurre coupé en morceaux et le sel fin dans une casserole.
2 – Ajouter le sucre vanillé.
3 – Porter à ébullition.
4 – Hors du feu, ajouter la farine en une seule foiset mélanger avec une spatule en bois jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène. (Si besoin, dessêcher la pâte quelques minutes à feu moyen jusqu’à ce qu’elle se détache des parois).
5 – Transvaser la pâte dans un cul de poule froid. Ajouter 1 oeuf.
6 – Mélanger avec la spatule en bois jusqu’à ce que l’oeuf soit complètement mélangé à la pâte, puis ajouter le second oeuf.
7 – Mélanger à nouveau avec une spatule en bois, jusqu’à absorption complète. Faire de même avec les 2 oeufs restants, en les incorporant toujours un à un.
8 – Remplir une poche à douille munie d’une douille unie n°14.
9 – Couper au couteau d’office des bouchons de pâte au dessus du bain d’huile chaud, ceux-ci coulent
au fond de la friteuse et remontent rapidement à la surface pour gonfler et dorer. Lorsqu’ils sont bien dorés, les retirer délicatement avec une écumoire et les égoutter sur du papier absorbant. Saupoudrer de sucre glace avant de servir

recette-des-pets-de-nonneSelon la légende, une religieuse vivant à l’Abbaye de Marmoutier, fit un pet dans la cuisine tout en laissant tomber une cuillerée de pâte à choux dans un récipient d’huile chaude, les autres religieuses s’esclaffèrent. Ainsi naquit ce type de beignet en France, léger comme un souffle que certains préfèrent nommer « beignet de vent » ou « soupir de nonne ». L’origine de la pâte (pâte à choux) date quant à elle du 16ème siècle. On attribue son invention vers 1540, à un pâtissier italien nommé POPELINI.

Colette

A propos de l’Auteur:

L'Edition Varoise

Abonnez-vous à notre Newsletter

Recevez la dernière édition du journal, un résumé de quelques articles, les jeux ...

Vous êtes abonné(e) !